Vous êtes ici : Accueil >> Actualites >> Jazz Tempo : Le off

Jazz Tempo : Le off

Publié le lundi 12 novembre 2018

Ȧ l’occasion du festival régional de jazz, le big band de la Maison des Arts et l’ensemble des ateliers jazz se réunissent pour célébrer cette musique.

En préambule de la soirée Jazz Tempo qui accueillera le samedi 24 novembre Leïla Martial et son projet Baa Box au Théâtre Le Marais, l’ensemble des musiciens de jazz de la Maison des Arts proposent un programme très variés allant du jazz du début XXè aux inspirations les plus actuelles. 

> En savoir plus sur le concert Baa Box

 

Brèves histoire du Jazz

L’origine du jazz

Le jazz trouve son origine dans la culture noire-américaine. Né au début du XX ème siècle, il s’inspire de 3 courants musicaux du XIX ème : le Negro-spiritual et le Gospel, le Blues et le Ragtime.

Les courants du jazz des années 1900 à aujourd’hui

Le jazz New Orleans (vers 1910)
Né dans les rues de la Nouvelle Orléans à qui il doit son nom, il marque l’apparition des jazz-bands (fanfares de rues composées de cuivres et jouées par les Noirs). Le style "New Orleans" a été repris par des orchestres de Blancs : on le désignait sous le nom de "Dixieland". Dès 1920, le jazz se répand dans le Nord des Etats-Unis : il gagne Chicago, New-York…
Quelques grands noms : le trompettiste Louis Armstrong (1900-1971), le clarinettiste et saxophoniste Sydney Bechet (1891-1959), la chanteuse Billie Holiday (1915-1959)…

Le swing (années 30)
Après le krach boursier de 1929, le jazz s’allie à la danse pour divertir le peuple américain. C’est le clarinettiste Benny Goodman (1909-1986) qui connaît le premier succès du swing. C’est la naissance des premiers grands orchestres de jazz : les Big Bands dans lesquels une place importante est laissée aux solistes pour leurs improvisations. Les Big Bands les plus célèbres sont ceux de Count Basie (1904-1984), Duke Ellington (1899-1974), Cab Calloway (1907).

Le Be-Bop (années 40)
Au début des années 40, de jeunes jazzmen noirs donnent au jazz une rythmique nouvelle, plus complexe, aux harmonies parfois dissonantes. Les tempos sont également de plus en plus enlevés.
Quelques grands noms : le saxophoniste Charlie Parker (1920-1955), le trompettiste Dizzy Gillepsie (1917-1993), le pianiste Thélonious Monk (1920-1982), le batteur Kenny Clarke (1914-1985) …

Le Jazz Cool (vers 1950)
C’est l’époque d’un jazz au style plus calme ("cool" = "frais" en anglais) et plus sobre. Les sonorités sont plus feutrées. Les deux précurseurs du Jazz Cool sont le trompettiste Miles Davis (1926-1991) et le saxophoniste Lester Young (1909-1959). Ce courant "Cool" se déplace vers la côte Ouest des Etats-Unis où il est joué principalement par des musiciens blancs.

Le Hard-Bop (1953)
Face au classicisme du jazz cool, les musiciens noirs veulent préserver les spécificités de leur musique. Né à New York, le Hard Bop est l’occasion d’un retour aux racines de la musique noire, Blues et Gospel, dans une version profane, riche en rythmes. Le batteur Art Blackey (1919-1990) est parmi les plus célèbres musiciens de Hard Bop.

Le Free-Jazz (1960)
Ce courant, issu du jazz moderne, ne veut retenir du jazz que les éléments fondamentaux de la musique noire : l’énergie, le son brut, l’improvisation. C’est le jazz "libre". Le saxophoniste Ornette Coleman (1930) en fut le précurseur. D’autres musiciens ont contribué à l’essor du free-jazz : le saxophoniste-ténor John Coltrane (1926-1967), le pianiste Bill Evans (1929-1980) qui proposa une nouvelle approche du piano-jazz. Après 1960, le jazz connaît d’autres courants issus de fusions avec d’autres styles et influencés par de nouvelles techniques : le Jazz-Rock, le Jazz des musiques du monde …

 Source : Extraits de « Clefs pour l'écoute » Répertoire d'écoute des CPEM de la Somme

Memento

Jeudi 22 novembre
20 h 30
Maison des Arts
Gratuit

Localisation

5 rue des Barrières 85300 Challans